Il est parfois difficile de briser le tabou et d’évoquer librement le harcèlement moral en entreprise. Par crainte de la sanction ou par peur d’empirer les choses, un salarié préfère souvent rester silencieux. Il est pourtant essentiel d’agir pour sortir de cette spirale négative. Voici la marche à suivre pour mettre fin au harcèlement en entreprise.

Le harcèlement au travail, un mal souvent sous-estimé en entreprise

La harcèlement au travail regroupe un ensemble de conduites abusives en entreprise, des attitudes répétées qui dégradent les conditions de vie et de travail d’une ou de plusieurs personnes ciblées. Et contrairement à ce que l’on pourrait penser, le harcèlement au travail ne se limite pas seulement au travail, et impacte bien souvent la vie personnelle des victimes. 

Si la situation s’éternise, cela peut mal se terminer. Perte de repères dans l’entreprise, dégradation du quotidien, licenciement… le harcèlement en entreprise impacte non seulement la carrière, mais aussi le moral et le corps de l’individu.

Le harcèlement sexuel, un cas à part ?

Les femmes sont en première ligne quand il est question de harcèlement sexuel au travail. L’IFOP a en effet dévoilé en 2018 une étude très inquiétante sur le harcèlement sexuel. Selon cette étude, 1 femme sur 3 a été confrontée au moins une fois à une situation répréhensible juridiquement dans le cadre de son travail. Un constat effrayant.

De plus en plus de cas sont déclarés en France année après année. Mais ce n’est pas pour autant que nous devons percevoir le harcèlement sexuel comme un phénomène nouveau. Il a plus ou moins toujours été présent dans les entreprises, mais c’est seulement au cours des dernières années que nous avons assisté à un éveil des consciences, qui permet de mettre en lumière différents comportements qui ont longtemps semblé normaux ou justifiables en entreprise.

En 2019, la loi et les syndicats s’organisent pour mieux lutter contre cette menace, mais il y a encore du chemin à faire.

Apprenez à identifier le harcèlement au travail

La première étape indispensable pour mieux combattre le harcèlement au travail est d’apprendre à l’identifier correctement. Chaque situation est unique et il est nécessaire de faire la part des choses entre ce qui peut être considéré comme du harcèlement, et le reste. Il est aussi important de s’appuyer sur ce que dit la loi en la matière. 

Quand peut-on parler de harcèlement ?

La notion de harcèlement en entreprise est encore assez floue. Dans de nombreux cas, les personnes victimes de harcèlement au travail n’en ont pas réellement conscience, et tendent à minimiser les évènements par peur de faire des vagues, ou simplement par manque de connaissances juridiques sur le sujet. Difficile de se défendre quand on n’est pas sûr d’être attaqué. 

S’ajoute parfois à cela un phénomène de culpabilisation du salarié, qui peut parfois avoir l’impression de mériter son traitement à cause de ses performances ou de sa position dans l’entreprise. Il est souvent compliqué d’ouvrir les yeux. C’est pourquoi il est important de bien rappeler les différentes formes que peut prendre le harcèlement au travail. 

Le harcèlement au travail regroupe notamment les pratiques suivantes :

  • Atteinte à la liberté d’expression au travail
  • Dévalorisation du salarié
  • Privation de travail, assignation d’une charge de travail excessive
  • Assignation de missions incohérentes, déconnectées du poste du salarié
  • Isolation, mise à l’écart du reste de l’entreprise
  • Insultes, propos déplacés, menaces, humiliations
  • Atteintes physiques, attouchements
  • Manque de cohérence dans le management (par exemple, donner des ordres au salarié pour les remettre en question par la suite et sanctionner ses actions)

Pour bien caractériser le harcèlement moral en entreprise, il faut prendre en compte la dimension persécutive ainsi que la notion de répétition. Le harcèlement en entreprise se définit également en fonction des effets négatifs sur la personne ciblée. Un tribunal jugera la violence du harcèlement en fonction de ces critères.

Harcèlement au travail, quelles causes ?

Parfois, le harcèlement en entreprise répond à un but précis. Il est souvent vicieusement utilisé pour faire craquer un salarié en CDI qui refuse de partir de l’entreprise, ou encore pour le forcer à accepter un changement de poste ou une mutation. Dans d’autres cas, les raisons peuvent être plus émotionnelles, et l’être humain dévoile parfois au travail son pire visage. Face à un supérieur déséquilibré, le moindre faux pas peut constituer un risque. Un comportement jugé déplacé ou une phrase de travers, et il risque de se mettre en tête de vous pourrir la vie jusqu’à la fin de votre contrat de travail.

Par ailleurs, le harcèlement sexuel prouve aussi l’existence d’un autre type de prédateur en entreprise, qui peut être tenté d’abuser de sa position pour exercer une forme de domination malsaine sur ses employés.

Quoiqu’il en soit, il faut toujours se demander pourquoi cela vous arrive. Identifiez clairement la personne responsable (qui n’est pas toujours votre supérieur direct), et la raison qui pousse cette personne à commettre des actes de harcèlement. Vous pourrez ainsi affronter votre ennemi en mettant toutes les chances de votre côté pour en sortir gagnant.

Comment faire face au harcèlement en entreprise ?

Une fois que vous avez pu correctement identifier la cause et la nature du harcèlement, vous pouvez rassembler les éléments nécessaires pour agir. La loi est de votre côté, et une réglementation spécifique existe afin de mettre fin à ce genre de situation en entreprise. Aussi, il est essentiel de rassembler un maximum de preuves. Mails envoyés par votre supérieur, communications par téléphone ou encore par SMS… rassemblez tout ce qui pourra consolider votre dossier. Tournez-vous également vers vos collègues, recueillez des témoignages sous serment et dénoncez la situation. Si vous avez été amené à développer des maladies professionnelles, gardez également sous la main tous vos certificats médicaux.

Parlez aux bonnes personnes et prenez contact  avec un médecin du travail, qui pourra vous faire passer en arrêt maladie en cas de besoin. Dans les grandes entreprises, le CSE sera également à même de vous proposer des solutions. Si la situation devient insoutenable et que vous avez réuni suffisamment de preuves sous la main, vous pouvez même exercer votre droit de retrait en refusant d’aller au travail. C’est une solution radicale, mais qui s’impose parfois, notamment dans des cas de harcèlement sexuel.

Plus globalement, que vous soyez directement concerné par le harcèlement en entreprise ou simple témoin d’une attitude déplacée, il ne faut pas rester silencieux. La lutte contre ce fléau passe aussi par une prise de conscience, aussi n’hésitez pas à prêter une oreille attentive et à sensibiliser autour de vous. Accompagnez les personnes en difficultés dans leur démarche.

Dans les grandes entreprises, c’est notamment la mission des RH d’identifier et de résoudre ces problèmes. Les PME commencent également à en prendre conscience, et des formations d’un nouveau genre ont pu voir le jour en entreprise. Il est aujourd’hui possible de passer par des formations pour lutter contre le harcèlement sexuel, afin de mieux comprendre ce phénomène. Cela montre bien que ce mal présent depuis toujours dans les organisations commence à être pris au sérieux.