Il arrive qu’une entreprise traverse des moments difficiles au cours de son existence. Face à ces cas, elle a souvent recours au management de transition. Ce procédé permet de la rétablir à sa situation initiale ou d’optimiser sa production. Pour ce faire, la société concernée engage un agent pour une durée déterminée.

Historique et évolution de la pratique du management de transition

Au sein d’une entreprise, le management de transition s’emploie pour faire face à des situations de crise. Il consiste à confier un poste clé au niveau de la direction à un manager de transition. Celui-ci accomplira sa fonction durant une courte durée. Dans le passé, le procédé servait uniquement à régler les situations de crise négative. En fait, elle s’appliquait en les cas d’urgence et quand les enjeux étaient majeurs.

À titre d’exemple, la fermeture de sites, l’absence d’un dirigeant ou un déficit du management. Au fil du temps, son domaine d’application s’est élargi et comprend désormais les crises positives qu’une firme peut traverser. De ce fait, cela peut concerner l’amélioration de la performance interne ou encore la mise en œuvre d’un projet stratégique. Ainsi, e management de transition est né dans les années 1970. Il a connu un fort développement dans l’Hexagne à partir des années 2000.

Le manager de transition, un agent au pouvoir bien étendu

Plusieurs raisons peuvent pousser les dirigeants d’une entreprise à pratiquer le management transition, autrefois appelé intérim management. D’ailleurs, le manager de transition peut intervenir à tous les niveaux et dans tous les secteurs d’activités. En effet, il est capable d’émettre des décisions au niveau de la direction générale ou de la direction des achats. Tel est aussi le cas dans le domaine de l’industrie, de la finance, des ressources humaines et de la logistique.

En ce qui concerne les compétences de l’agent, ses services sont sollicités pour un redéploiement et une restructuration. Il en est de même quant au redressement d’une entreprise face à une situation critique. La gestion de crise et les cessions d’activités en sont également des exemples. En matière de crises positives, la mission du manager peut se référer à divers secteurs. Ainsi, cela peut être le développement des activités, la fusion, à l’acquisition ou l’amélioration des outils de production.

Les diverses qualités exigées du professionnel appelé manager de transition

L’importance du poste confié au manager de transition exige de lui un profil précis. Avant tout, son expérience professionnelle dans le domaine doit être solide et avérée. Ainsi, un exercice du management transition allant au moins de 15 à 25 ans est requis. Ensuite, la mobilité est essentielle, car les missions peuvent s’effectuer en France ou à l’international.

En fait, la réactivité et la capacité d’adaptation constituent également des qualités inséparables au manager.En effet, elles permettent une bonne gestion des situations de crise et de trouver des moyens pour résoudre le problème. Vu que l’aide externe a peu de temps pour connaître la culture de la firme, l’écoute lui est nécessaire. Par ailleurs, elle permettra de mener les équipes vers les objectifs convoités. Comme le manager de transition est le principal acteur du changement, son leadership est naturel. Enfin, il a l’obligation d’être opérationnel et la capacité de trouver les solutions appropriées.