Un manager doit savoir encadrer son équipe dans les différentes tâches qu’elle effectue. Cette fonction exige donc de disposer d’une certaine autorité naturelle. Mais attention, autorité ne doit pas être confondue avec autoritarisme, car les conséquences d’un management trop strict peuvent être importantes.

Que ce soit par habitude, confort personnel ou une carence en formation, le management trop directif n’est pas souhaitable. En effet, se montrer trop strict dans sa manière de manager a des conséquences directes sur l’équipe et, de fait, sur le travail. Voici cinq conséquences négatives d’un management trop strict.

Les conséquences d’un management trop strict

Un manque de prise d’initiative et de créativité

Quand une équipe se confronte à un manager « control freak », elle s’adapte à ce trait de caractère. Ainsi, chaque membre perd de son esprit d’initiative qui pouvait l’animer initialement. Le manager ayant habitué l’équipe à tout diriger, celle-ci en vient à ne plus être force de proposition. L’équipe se contente alors d’exécuter les décisions du manager.

Cette situation en vient fatalement à détruire toute forme de créativité chez les collaborateurs. En effet, l’esprit créatif n’est plus sollicité, les bonnes idées ne naissent plus, et si elles naissent, le manager les étouffe.

 

L’estime de soi remise en question

L’une des conséquences se manifestant le plus rapidement chez des collaborateurs face à un manager trop directif est la diminution de l’estime de soi. En effet, l’équipe étant exclue des prises de décisions, elle en induit qu’elle n’est pas capable, qu’elle n’a pas les compétences.

Son implication au sein de l’entreprise se résumant à une activité passive, elle se sent inutile et finit par perdre de sa propre estime. Non seulement elle nuit à la qualité du travail, mais elle peut provoquer un état de déprime chez certains collaborateurs.

Le management strict peut engendrer des comportements similaires et créer un fonctionnement en vase clos

Certaines personnes sont très réceptives au comportement autoritaire et voit là un modèle à suivre. Un manager qui accomplit sa fonction sur une modalité directive verra donc certains de ses collaborateurs prendre exemple sur lui. Alors que ces derniers s’épanouiront au sein de l’entreprise, ceux qui goûtent peu à l’autoritarisme penseront à partir.

Or, ce sont souvent ces collaborateurs qui font preuve de créativité. En effet, des études ont démontré que les personnes les plus autonomes sont également celles qui ont le plus d’idées. Par conséquent, l’équipe finit inévitablement par s’enkyster.

 

Le risque d’être submergé

Quand un manager se montre trop directif, cela implique forcément qu’il prend toutes les décisions. De fait, il va très vite se submerger d’une kyrielle de petites décisions à prendre. Alors qu’en déléguant à ses collaborateurs, ces derniers pourraient gérer les décisions moins importantes.

Etre trop strict dans son management c’est se surcharger de tâches et d’avoir moins de temps pour les gros projets. Le manager étant parasité par les décisions de moindre importance, une baisse de qualité peut apparaître et impacter directement sur les projets les plus importants.

 

Un manque de pertinence

Dans une entreprise, certaines décisions demandent réflexion ainsi qu’un regard pluridisciplinaire. Or, un manager trop strict et directif ne laisse place à aucun autre avis que le sien. De fait, il sclérose la dynamique de pensée et de prise de décision. La réflexion collective étant écartée, la décision sera de moindre qualité. Elle ne bénéficiera pas d’une synergie constructive et sera en-dessous des capacités de l’équipe.