Concept apparu dans les années 60, le management de transition a dans les années 80 été adapté petit à petit au système français. Depuis ses débuts dans l’hexagone, il a connu bien des changements. Voici donc quelques étapes principales en lien direct avec le contexte économique et les différents besoins.

 

Le management de transition à ses débuts

C’est dans un contexte où l’externalisation a déjà atteint un stade très avancé que le concept a vu le jour. Les avantages fiscaux et sociaux permettent de développer les activités indépendantes, ce qui n’est pas encore le cas dans les pays latins, qui mettent plutôt en avant le salariat. Dans les pays anglo-saxons en revanche, les acteurs économiques ne lésinent pas sur les moyens mis à leur disposition.

 

C’est seulement vers les années 80 que la France découvre l’outsourcing qui ne se pratique pas encore largement sur le territoire tout comme dans tous les pays latins. De plus, le management de transition n’est pas utilisé de la même manière que dans les autres pays.

 

L’arrivée du management de transition en France

Dans les années 80, ce sont surtout les situations de crises qui ont amené les acteurs à s’intéresser à ce concept. Les managers de transition sont, eux, de véritables spécialistes. Il s’agit généralement de très bons gestionnaires ou encore des experts pouvant dénouer des situations difficiles. Ils ont une grande capacité d’adaptation pour pouvoir apporter leur aide aux sociétés en en difficulté.

 

Une nouvelle mission pour ces managers depuis les années 90

À partir des années 90, on fait face à l’apparition du phénomène de reprise d’entreprise par les salariés. Il était aussi indispensable de s’adapter à un nouveau type de demande. En effet, le management de transition a principalement été dédié pour assister les différents fonds d’investissements. Lorsqu’un groupe prévoit d’opter pour le « crave-out » pour une de ses activités, ce dernier aura tout intérêt à faire appel à ce management de transition. Le but est de réorganiser ou même créer de nouvelles fonctions, d’où l’importance de disposer de nouvelles compétences, d’abord ponctuelles puis définitives.

Tous les plus hauts postes d’une société peuvent faire appel à ce type de management. On voit apparaître dans ces années des structures d’offre de service peu à peu élaborées,  sous forme de cabinets spécialisés.

 

A partir de 2008

Cette date marque en effet l’apparition d’une nouvelle crise qui aura touché presque tous les secteurs d’activité. La crise a obligé les grands groupes, même les plus puissants à élaborer des plans économiques efficaces, quitte à se séparer de certains de leurs collaborateurs. De ce fait, on retrouve sur le marché du travail de nombreuses compétences qui aspirent à de nouveaux challenges.

L’une des solutions les plus évidentes est de se définir comme auto-entrepreneur.

Par ailleurs, lorsque la situation s’améliore, ces structures se retrouvent dépassées par manque de ressources compétentes. Leur solution alternative reste donc le management de transition afin de définir un plan d’action.