Quatre-vingt-dix pour cent de notre comportement est fait d’habitudes. Depuis le matin où nous nous levons jusqu’au soir où nous nous couchons, il y a des centaines de choses que nous faisons de la même façon tous les jours. Cela va de la douche du matin à la toilette, l’habillement, le petit-déjeuner, le déjeuner, le dîner et ainsi de suite jusqu’au coucher. Le bon côté de ces habitudes est qu’elles nous libèrent et permettent à notre corps d’agir en mode automatique. C’est la raison pour laquelle il est possible de parler en conduisant et de planifier sa journée tout en prenant sa douche. Le mauvais côté, par contre, lorsqu’on se laisse guider par les modes inconscients du comportement, est que nos chances de développement en sont annihilées et nos espoirs de succès limités.

Bonnes ou mauvaises, les habitudes conduisent toujours à des résultats. Bons, grâce aux bonnes habitudes, mauvais, à cause des mauvaises habitudes. La meilleure façon de s’améliorer est donc de remplacer de mauvaises habitudes par de bonnes habitudes. Or, créer une nouvelle habitude n’est pas une chose aisée. Chacun le sait, pour l’avoir vécu, la plupart des bonnes résolutions s’évanouissent, en général, dans les jours qui suivent. Il faut donc, pour se motiver, procéder avec méthode :

1. D’abord, il faut avoir vraiment l’envie d’installer une nouvelle habitude. C’est une vérité de La Palice mais c’est le fondement de la motivation et de sa tenue dans le temps.

2. Ecrire ensuite, faire une description exacte de la nouvelle habitude à installer et le timing de cette installation.

3. Dresser l’inventaire des obstacles. Ils ne viennent pas forcément de gens ou de choses hostiles mais peuvent émaner de proches qui ne voient pas les choses sous le même prisme. Il est donc nécessaire de trouver des alliés afin de les surmonter. Pour se contraindre; par exemple, à une heure de jogging, tôt le matin, trois fois par semaine, s’associer avec un ami, maintiendra la motivation nécessaire à ne pas déchoir à ses yeux.

4. Insérer la nouvelle habitude dans la routine du quotidien. Après quelque temps, son exercice ne va plus demander vraiment d’effort car il sera inscrit dans le paysage psychologique.

Pourquoi ne pas essayer de développer quatre nouvelles habitudes par an. Ceux qui s’y astreignent en auront développé vingt au bout de cinq ans. Sans être devenu parfaits; il est probable qu’ils auront grandement amélioré leurs performances personnelles et l’excellence ne sera plus très loin. Aussi, pour bien commencer, il est indispensable de faire une liste : je procrastine systématiquement; je suis toujours en retard pour tout, je regarde n’importe quoi le soir devant la télé, je suis toujours scotché à Facebook, je suis irascible, etc… A la suite de quoi, il faudra décider quelle mauvaise habitude sera éradiquée et par quoi elle sera remplacée. Un bon moyen de se débarrasser de la procrastination, par exemple, consistera à mettre en place une to-do-list journalière et à exécuter les tâches inscrites quoi qu’il en coûte.

Une seule règle : le zéro-exception. Pour installer une habitude, 21 à 70 jours sont nécessaires et suffisants, selon les individus. Mais cette règle ne souffre pas d’exception. C’est comme d’arrêter de fumer. Celui qui, pendant la période de sevrage, se laisse aller à griller une cigarette, juste pour un plaisir fugace, recommencera immédiatement à fumer. Changer ses habitudes est possible mais exige un minimum de rigueur.

Invité Alain Goetzmann

Coach & Conseil de Dirigeants

www.alaingoetzmann.com